Informations Récentes

BPCO : corticoïdes inhalés et mortalité

BPCO : corticoïdes inhalés et mortalité

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Chest 2006 ; 130 : 640-646

 

GARTLENER et coll confirmaient dans une méta analyse (rapportée dans la bibliographie du mois d’Août), la réduction du nombre des exacerbations, sans effet secondaire notable, avec l’usage des corticoïdes inhalés (CSI) dans les BPCO modérées-sévères. Dans leur travail MACIE et coll évaluent l’influence des CSI sur la mortalité des BPCO. Ils identifient rétrospectivement 4022 patients sortis d’une hospitalisation avec le diagnostic principal de BPCO entre 1996 et 2000. Ces patients sont suivis 90 à 365 jours après cette hospitalisation. La mortalité des BPCO ayant utilisé les CSI est comparée à celle des patients qui ne les ont pas utilisés.

 

Résultats
Chez les patients âgés de plus de 65 ans, la mortalité des 1629 BPCO qui ont utilisé les CSI est réduite de 25% par rapport au groupe de 2393 patients qui ne les ont pas utilisés. L’age, les comorbidités, la fréquence des visites médicales, le recours aux bronchodilatateurs augmentent la mortalité. L’exclusion des patients ayant utilisé des CSI avant l’hospitalisation ne modifie pas les résultats. Dans le groupe de 1007 patients âgés de 35 à 64 ans, l’utilisation des CSI réduit la mortalité de 50 %. La réduction de mortalité concerne surtout les mortalités de cause cardiovasculaire.

 

Conclusion
Les CSI réduisent rapidement la mortalité des BPCO dès leur prescription, surtout dans le groupe de patients les plus jeunes. Néanmoins, ce travail rétrospectif comporte de nombreuses critiques en particuliers : fiabilité des données recueillies dans les dossiers, absence de résultats fonctionnels respiratoires permettant de classer les BPCO selon le GOLD