Utilisation prolongée de l’association fluticasone – salmeterol chez les patients BPCO et incidence des glaucomes et cataractes

Mercredi, 06 Juin 2012 07:19

Imprimer

DP MILLER – Int J COPD 2011 ;  6 : 467-476

L’utilisation des corticoïdes inhalés (CSI) réduit la fréquence des exacerbations mais a été rendue responsable de pneumopathies, de cataractes, d’ostéoporose… MILLER DP et coll (Long term use of fluticasone propionate/salmeterol fixed dose combination and incidence of cataracts and glaucoma among COPD patients in the UK general practice research database) ont étudié dans une cohorte de 53191 patients BPCO d’une base de recherche en pratique générale (GPRD), recueillie entre 2003 et 2006 , si l’inhalation de CSI augmentait le risque de cataracte et de glaucome en fonction des doses, dans 273 cas de glaucome (703 contrôles) et 2404 cas de cataracte (5621 contrôles)s appariés selon l’âge, le sexe et la durée de présence dans la cohorte.


Résultats
50% des contrôles et des cas avaient 70 ans ou plus. Les distributions de l’IMC, tabagisme et comorbidités étaient comparables dans les deux groupes, cas et contrôles. Pour les cataractes, l’OR de l’utilisation de CSI pendant les 12 mois précédents était de 1.32 pour le groupe cas par rapport au groupe contrôle. Après ajustement pour les variables potentiellement confondantes, il n’y avait pas d’association entre cataractes et CSI, ni en cas d’utilisation plus récentes, ni le nombre de prescription à l’exception des prescriptions très fréquentes : 7 à 9 par an OR=1.25, 10 ou plus par an, OR=1.34. Pour les glaucomes, la seule différence significative existait si on comparait la fluticasone avec les autres CSI : OR=1.82.
Conclusion
Ces résultats montrent que les patients BPCO utilisant les corticoïdes inhalés n’ont pas d‘augmentation du risque d’apparition de complications oculaires. Cependant, cette étude ne comporte pas de patients exposés pendant plus de un an aux CSI.

JM POLU – Pneumologue