La ventilation non invasive du syndrome obésité hypoventilation

Mercredi, 04 Juillet 2012 06:56

Imprimer

JC BOREL  – Chest 2012 ;  141 : 692-702

Le syndrome obésité hypoventilation (OHS) est défini par l’association d’une obésité (IMC≥30kg/m²), d’une hypercapnie (PaCO2>45mmHg) et de troubles respiratoires pendant le sommeil. Par rapport aux patients obèses non hypercapniques, les patients OHS présentent plus fréquemment des complications cardiovasculaires (23% vs 9%). Enfin, son traitement repose sur une perte de poids associé à une ventilation non invasive (VNI) nocturne. BOREL JC et coll (Noninvasive ventilation in mild obesity hypoventilation syndrome) ont réalisé une étude prospective, contrôlée, randomisée en deux groupes parallèles sur un mois pour comparer l’effet VNI et conseils hygiéno-diététique sur la structure du sommeil, la vigilance diurne et les conséquences métaboliques, cardiovasculaires et le syndrome inflammatoire, analysés « en intention de traiter ».


Résultats
Sur 37 patients avec OHS randomisés, 17 ont terminé l’étude dans le groupe conseil hygiéno-diététique (HD) et 18 dans le groupe ventilation non invasive nocturne (VNI). Les patients VNI étaient plus âgées (58±11 vs 54±6 ans) et plus hypercapniques (48±4.5 vs 45±3mmHg). L’aide inspiratoire de la VNI était de 8±2cmH2O (PI moyenne 18±3, PE moyenne 11±2cmH2O) avec une durée d’utilisation nocturne moyenne de 5.6±2.2h. La VNI par rapport au groupe HD, a diminué la PaCO2 diurne (Δ -3.5mmHg), augmenté la SpO2 nocturne (Δ +5.1%) et réduit l’IAH (Δ 40.3 évènements/h, p<0.001). La structure du sommeil s’était normalisée (diminution des stades 1 et 2 : -17.5%, p=0.002), augmentation du stade REM (+10.3%, p=0.004). Les micro-éveils d’origine respiratoires avaient diminué (-38.4/h, p<0.001) mais les micro-éveils non respiratoires avaient augmenté (+9.4/h, p=0.03). La somnolence diurne diminuait (Epworth 8.1±4.2 vs 11.4±5.6, p<0.006) bien qu’il n’y avait pas de différence significative entre les groupes en fin d’études. Dans le groupe HD, l’IMC avait significativement (p=0.048) diminué de 39.6±4.5 à 39.2±4.5kg/m². Les paramètres métaboliques (glucose, triglycérides, cholestérol) et inflammatoires (leptine, CCL5, MCP-1, IL-6, IL-8 etc…) n’étaient pas modifiés. De même, les paramètres cardiovasculaires et la fonction endothéliale vasculaire étaient restés stables.
Conclusion
La VNI des patients avec OHS améliore la structure du sommeil, l’hypercapnie diurne et l’hypoxémie nocturne, sans modifier les paramètres métaboliques, inflammatoires, cardiovasculaires ni la fonction de l’endothélium vasculaire. Ces patients nécessitent d’autres abords thérapeutiques, s’ils présentent un risque de complications métaboliques ou cardiovasculaires.

JM POLU – Pneumologue