Informations Récentes

Analyse incrémentale du coût-efficacité des options thérapeutiques des BPCO

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Mercredi, 04 Juillet 2012 06:45

N HERTEL  – Int J COPD 2012 ;  7 : 183-199

La fréquence des exacerbations des BPCO en dehors de l’impact sur la qualité de vie des patients a un retentissement économique certain. L’objectif des traitements est de réduire leur fréquence pour améliorer la qualité de vie de patients et réduire le recours aux soins et leur coût. Les recommandations internationales, GOLD ou NICE par exemple, vont classer les patients BPCO selon le niveau de leur VEMS après bronchodilatateurs en 4 stades : léger VEMS≥80% prédit, modéré VEMS 50 à 79% prédit, sévère VEMS 30-49% prédit et très sévère VEMS < 30% prédit. 30% des BPCO sévères et 50% des BPCO très sévères présentent une à deux exacerbations par an (NEJM 2010 ; 363 : 1128). HERTEL N et coll (Cost-effectiveness of available treatment options for patients suffering from severe COPD in the UK : a fully incremental analysis) proposent d’étudier la relation coût efficacité  sur la santé des différentes options thérapeutiques disponibles : béta-adrénergiques longue action (β2 AL), anticholinergique longue action (ACL), inhibiteur de la PDE-4 (P4). Ils ont utilisé pour l’analyse statistique de la relation coût-efficacité de ces médicaments et de leurs associations le modèle MARKOV qui comprend 5 états : BPCO sévère, traitement de 1ère (T1) et de 2ème (T2) intention, BPCO très sévère, traitement de première (T1) et de deuxième intention (T2), décès. Les résultats ont été appréciés en fonction du coût total, des années de vie, des années de vie ajustées par la qualité (QALY) et du nombre d’exacerbations par patients. Selon leur tolérance aux corticoïdes inhalés (CSI) ou leur intolérance (ou refus), deux groupes de patients ont été constitués : CSI tolérant et CSI intolérant. L’efficacité du traitement a été exprimée en rapport de risque relatif des exacerbations pour chaque traitement vs le traitement de référence.

Lire la suite : Analyse incrémentale du coût-efficacité des options thérapeutiques des BPCO

 

Apport de la trithérapie chez les patients BPCO

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Mercredi, 04 Juillet 2012 06:47

NA HANANIA  – Respiratory Medicine 2012 ;  106 : 91-101
A. CHATTERJEE – Respiratory Medicine 2012 ; 13-15

Le GOLD révisé 2011 par exemple, recommande d’associer à un bronchodilatateur longue durée, une deuxième de classe différente (béta-adrénergique ou anticholinergique) en  l’absence d’amélioration avec un seul produit et chez les patients sévères, très sévères (VEMS < 50% prédit) un corticoïde inhalé ou un inhibiteur de la PDE-4. L’association triple (béta-adrénergique, anticholinergique longue durée et corticoïdes inhalés) améliore la dyspnée des BPCO et les paramètres fonctionnels respiratoires (SING) réduit leur mortalité et leurs hospitalisations (SHORT).

Lire la suite : Apport de la trithérapie chez les patients BPCO

   

Education thérapeutique des patients BPCO : étude contrôlée, randomisée

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Mercredi, 04 Juillet 2012 06:52

CE BUCKNALL  – BMJ 2012 ;  344 : e1060

Les exacerbations des BPCO aggravent leurs symptômes, leur fonction respiratoire, détériore leur qualité de vie et augmentent les recours aux soins, les hospitalisations. Les programmes d’éducation thérapeutique et d’autogestion augmentent la qualité de vie et diminuent la fréquence des exacerbations et les dépenses de santé de ces patients (EFFING Thorax 07.12.2009, RICE AJRCCM 03.05.2010, BOURBEAU Chest 01.02.2007). Cependant, cette éducation thérapeutique n’est efficace que si elle est conduite par des professionnels de santé formés, impliqués et pour des patients volontaires. C’est un processus long qui doit être régulièrement réactivé (Bourbeau ERJ 28.04.2009). BUCKNALL CE et coll (Glasgow supported self-management trial (GSuST) for patients with moderate to severe COPD : randomised controlled trial) ont conduit une étude randomisée, contrôlée pour vérifier si cet apprentissage à l’autogestion de leur maladie (détection précoce des symptômes d’exacerbation et leur traitement par le patient), réduit la mortalité, la fréquence des exacerbations et améliore la qualité de vie des patients BPCO.

Lire la suite : Education thérapeutique des patients BPCO : étude contrôlée, randomisée

   

La ventilation non invasive du syndrome obésité hypoventilation

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Mercredi, 04 Juillet 2012 06:56

JC BOREL  – Chest 2012 ;  141 : 692-702

Le syndrome obésité hypoventilation (OHS) est défini par l’association d’une obésité (IMC≥30kg/m²), d’une hypercapnie (PaCO2>45mmHg) et de troubles respiratoires pendant le sommeil. Par rapport aux patients obèses non hypercapniques, les patients OHS présentent plus fréquemment des complications cardiovasculaires (23% vs 9%). Enfin, son traitement repose sur une perte de poids associé à une ventilation non invasive (VNI) nocturne. BOREL JC et coll (Noninvasive ventilation in mild obesity hypoventilation syndrome) ont réalisé une étude prospective, contrôlée, randomisée en deux groupes parallèles sur un mois pour comparer l’effet VNI et conseils hygiéno-diététique sur la structure du sommeil, la vigilance diurne et les conséquences métaboliques, cardiovasculaires et le syndrome inflammatoire, analysés « en intention de traiter ».

Lire la suite : La ventilation non invasive du syndrome obésité hypoventilation

   

L’éducation thérapeutique des patients BPCO augmente la mortalité

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Mercredi, 04 Juillet 2012 06:59

VS FAN  – Am Intern Med 2012 ;  156 : 673-683

L’éducation thérapeutique et l’apprentissage à l’autogestion de leur maladie réduit la fréquence des hospitalisations des patients BPCO (RICE, BOURBEAU) FAN VS et coll (A comprehensive care management program to prevent COPD hospitalisations) ont  conduit une étude multicentrique, randomisée, contrôlée chez les patients BPCO sévères pour préciser l’influence d’un programme d’éducation thérapeutique associé à un plan d’action individualisé, régulièrement renforcé par des contacts téléphoniques, sur les réhospitalisations. Parmi les patients hospitalisés pour BPCO dans l’année précédant leur inclusion, 209 patients ont constitué le groupe d’éducation thérapeutique (ET) et 217 le groupe soins habituels (SH). Les patients devaient être suivis pendant au minimum un an avec à l’inclusion et en fin d’études, réalisation d’une spirographie, questionnaires de St George et SF-12, de satisfaction, de dépression, de connaissances sur la BPCO et d’auto efficacité.

Lire la suite : L’éducation thérapeutique des patients BPCO augmente la mortalité