Informations Récentes

Risque de cancer chez les patients BPCO

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

J BROMMAN KORNUN– Respiratoy Medicine 2012 ; sous presse

Les facteurs de risque (tabac, pollution) étant semblables, il est reconnu que le cancer bronchique est souvent associé à une BPCO. L’existence d’une inflammation systémique au cours des BPCO, permet d’envisager une augmentation de la fréquence des cancers extra pulmonaires chez ces patients. De rares études antérieures semblent confirmer cette hypothèse : les cancers extra pulmonaires ont une fréquence de 1.4 à 2.6 fois supérieure chez les BPCO. BROMMAN KORNUN J et coll (COPD and cancer risk : a danish nationwide cohort study) ont comparé à la population générale de même âge, une cohorte danoise de 236 494 patients BPCO, pour le risque de cancer non pulmonaire. Ces patients ont été inclus lors de leur premier contact hospitalier pour BPCO (40 à 90 ans) et suivis pendant 1.1 à 7.3 ans (médiane 3.5 ans) entre 1999 et 2008.


Résultats
Pendant la première année, 9434 cancers ont été diagnostiqués, rapport d’incidence (RI) de 3.1 (95% CI 3.0-3.2) qui a diminué de 3.9 à 2.6 entre 1980 et 1999, puis augmenté à 2.9 en 2005-2008. Le rapport a diminué chez les patients de plus de 70 ans (RI=2.7) mais était augmenté de 4 fois entre 40 et 69 ans. La présence d’un alcoolisme a augmenté le RI à 3.9 (95% CI 3.6-4.2) et les autres comorbidités avaient peu d’influence. Pendant le suivi, après la première année, 22 759 cancers ont été diagnostiqués dans la cohorte avec un rapport d’incidence RI=1.4 (95% CI1.4-1.5), incidence stable pendant toute la période, plus élevé chez les patients de moins de 70 ans et quand un alcoolisme s’associait à la BPCO. Les cancers liés au tabac avaient un RI de 5.1 (95% CI 5.0-5.2) pendant la première année, de 2.1 (95% CI 2.0-2.1) ensuite.  Pour le cancer des bronches et de la trachée, le RI était de 8.5 pendant la première année pui s de 2.8 ensuite. Pour l’ensemble des cancers pouvant être liés au tabac (cavité orale, œsophage, larynx, pancréas, vessie etc…) le RI dépassait 2 pendant le 1e mois ou ensuite. Le risque cumulé de cancer du poumon dans la cohorte de BPCO était de 1.8%, 3.6% et 4.9% respectivement après un an, cinq et dix ans alors que pour les autres cancers, il était de 0.6%, 1.8% et 2.7%. Quel que soit le type de cancer l’incidence sur 10 ans atteignant 14.2%. Pour les cancers liés à l’alcool, le RI était de 1.7 la première année puis 1.2 avec une incidence sur dix ans de 3.2%. Les incidences (RI) pour les cancers liés à une pathologie immunitaire et hématologique étaient respectivement de 1.9 et 2.7, la première année  avec une incidence particulièrement élevée pour le lymphome de Hodgkin (RI=5.0).
Conclusion
Le risque de cancer pulmonaire et extra pulmonaire est particulièrement élevé chez les patients BPCO par rapport à la population générale. Une augmentation de 40% du risque pour  un cancer quel qu’il soit, persiste après la première année de suivi. La localisation de ces cancers indique que cette augmentation du risque est surtout attribuable au tabac. Face à cette augmentation du risque de cancers pulmonaires mais aussi extra pulmonaires chez les patients BPCO, il convient de définir un programme de surveillance spécifique.

JM POLU – Pneumologue