DDB : efficacité et sécurité des CSI seuls ou associés au Béta2adrénergiques longue durée
Informations Récentes

DDB : efficacité et sécurité des CSI seuls ou associés au Béta2adrénergiques longue durée

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

MARTINEZ GARCIA MA– Chest 2012 ; 141 : 461-468

L’inhalation de corticoïdes (CSI) à doses élevées améliore la quantité de vie des patients présentant des dilatations des bronches, hors mucoviscidose (Thorax 2005 ; 60 : 239 – Respir Med 2006 ; 100 : 1623). Sans perdre leur efficacité, les CSI associés aux béta adrénergiques longue durée permettent de réduire les doses efficaces de CSI dans le traitement des BPCO et des asthmes. MARTINEZ GARCIA MA et coll (Clinical efficacy and safety of budesonide formoterol in non-cystic fibrosis bronchiectasis) ont conduit une étude pour comparer l’efficacité et la sécurité de l’inhalation de budesonide (Pulmicort®) 800µg et de formoterol- budesonide (Symbicort®) aux doses respectives de 18 et 640µg, 2 fois par jour chez 43 patients dilatés bronchiques (DDB), DDB diagnostiquées par TDM haute résolution. Les paramètres suivis à l’inclusion, le volume de l’expectoration, la dyspnée, la spirographie et la qualité de vie (St George) ont été renouvelés après trois mois de traitement. 18 patients du groupe Pulmicort (P) et 19 du groupe Symbicort (S) ont terminé l’étude.


Résultats
Dans 52.5% des cas, l’étiologie de la DDB était connue : post infectieuse (9 cas), post tuberculeuse (8 cas) et idiopathique (19 cas). Par rapport au groupe P, les patients du groupe S avaient significativement réduit le score de dyspnée (p=0.0001), le nombre d’inhalation de béta2adrénergiques de secours (-3.2 vs -0.2 ; p=0.001) et réduit le pourcentage de jours sans toux (15.3% vs 3% ; p=0.02). L’amélioration de la qualité de vie n’a été significative que dans le groupe S (-5.3 unités ; p=0.006) principalement dans le domaine symptômes (-8.5 ; p=0.001). Dans aucun des deux groupes, les paramètres sprirométriques n’ont été modifiés et la flore microbienne, le nombre d’exacerbations n’ont pas été différents entre les deux groupes. Le nombre d’effets indésirables attribuables aux CSI (irritations pharyngées, sécheresse de la bouche, candidose buccale, dysphonie, etc…) ont été significativement diminués dans le groupe S de traitement combiné.
Conclusion
Le traitement combiné (groupe S) a montré une meilleure efficacité clinique et une meilleure sécurité. L’adjonction de béta2adrénergiques aux CSI active les récepteurs glucocorticoïdes et multiplie les effets antiinflammatoires des corticoïdes sur les cellules effectrices. L’association de béta2adrenergiques aux corticoïdes inhalés améliore leur efficacité sur la qualité de vie sans modifier le syndrome obstructif tout en réduisant leurs effets indésirables.

JM POLU – Pneumologue