Informations Récentes

Mortalité et exacerbation des BPCO sous béta adrénergique et CSS plus Tiotropium

Mortalité et exacerbation des BPCO sous béta adrénergique et CSS plus Tiotropium

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

TM SHORT  – Chest  2012 ; 141 : 81-86

Le Tiotropium réduit la mortalité et les exacerbations des patients BPCO et améliore leur qualité de vie (Bib 27.11.2008 Tashkin).  SHORT PM et coll  (The impact of Tiotropium on mortality and exacerbations when added to inhaled corticosterids and long-acting beta-agonist therapy in COPD), ont comparé l’effet de l’adjonction de Tiotropium  ( groupe T) aux béta adrénergiques longue action (LBA) plus corticoïdes inhalés (CSI), aux LBA associés aux CSI (groupe B), chez des patients BPCO. Leur étude repose sur une cohorte rétrospective observationnelle de 2853 BPCO (TARDIS) dont 1857 avaient reçu LBA, CSI plus T et 996 LBA+CSI pour comparer les mortalités toutes causes et hospitalisations par régression COX.


Résultats
A l’inclusion, le VEMS du groupe T était de 50.8 ± 17.1 % prédit et de 62.7 ±18.9 % prédit dans le groupe bithérapie (B), et la moyenne du suivi de 4.65 ans. Les autres paramètres, tabagisme, pathologie cardio vasculaire et diabète étaient comparables. 33% des patients étaient décédés pendant le suivi. La mortalité toutes causes s’était significativement améliorée dans le groupe T par rapport au groupe B : HR+0.63, corrigée pour les co-variables HR=0.65 et 0.74 selon le modèle COX avec le Tiotropium comme Co variable temps dépendant. La différence restait significative pour les décès de causes respiratoires, HR=0.70 et pour les décès de causes cardiovasculaires HR=0.49. Les exacerbations étaient réduites de 29% (HR=0.71) dans le groupe T vs groupe B et les hospitalisations de 15% (HR=0.85). Pendant la durée de l’étude, il n’avait pas été observé de modification significative de la fonction respiratoire.
Conclusion
L’adjonction de Tiotropium au traitement associant béta-adrénergiques longue durée et corticoïdes inhalés chez les patients BPCO, réduit la mortalité respiratoire et de toutes causes, les admissions hospitalières et la prise de corticoïdes oraux. Les résultats pourraient être secondaires à une bronchodilatation augmentée ou à une réduction de la tolérance aux LAB. Cette étude apporte des arguments pour la triple thérapie souvent prescrite jusqu’à présent sans arguments scientifiques, mais demande à être confirmée par des études randomisées et contrôlées.

JM POLU – Pneumologue