Un nouveau ß2-agoniste de très longue durée : indacaterol
Informations Récentes

Un nouveau ß2-agoniste de très longue durée : indacaterol

Un nouveau ß2-agoniste de très longue durée : indacaterol

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

DAHL R Thorax 2010; 65:473-479
DONOHUE JF  – Am J Respir Crit Care Med 2010 ; 182: 155-162

Les références internationales recommandent les bronchodilatateurs à action prolongée pour le traitement des BPCO. La réduction du nombre de prise journalière favorise un traitement régulier. Le tiotropium, anticholinergique longue action, autorise une bronchodilatation de plus de 24 heures après une seule prise en inhalation. L'indacaterol, nouveau ß2-agoniste longue action est bien toléré  (CHUCHALIN AG) produit une bronchodilatation stable sur 24 heures (LAFORCE C) à la dose efficace de 200 et 400 mg (BEEH KM).

 

DAHL R et coll (Efficacy of a new once-daily long-acting inhaled ß2-agonist indacaterol vs twice-daily formoterol in COPD) proposent une étude sur un an de l'efficacité et la sécurité de l'indacaterol (poudre inhalée)  comparé au formoterol ou à un placebo. 1732 patients BPCO modérés-sévères (VEMS 30 à 80% prédit) ont été randomisés en 4 groupes : 437 indacaterol 300µg par jour, 425 indacaterol 600µg par jour, 434 formoterol 12µg 2 fois par jours et 432 placebo. L'évaluation a été réalisée sur le VEMS régulièrement contrôlé pendant un an, le nombre d'exacerbation, la qualité de vie (questionnaire de St George), la dyspnée (MRC), le test de marche de 6 minutes et l'index BODE.
Résultats
A la 12ème semaine, le VEMS après indacaterol était supérieur de 170ml (p<0.001) , par rapport au placebo, et de 100ml (p<0.001) par rapport au formoterol. Pendant le reste de l'étude, la différence est restée significative par rapport au placebo mais a diminué pour le formoterol. Les différences sont restées significatives pour les sous groupes en fonction de l'âge, du tabagisme, de la sévérité de la BPCO ou de l'utilisation de corticoïdes inhalés. Cinq minutes après l'inhalation, le VEMS avait augmenté de 130ml avec indacaterol 300µg, 150 ml avec indacaterol 600µg et 140 ml avec formoterol par rapport au placebo, différences toutes significatives (p<0.001). Il n'a pas eu de différences significatives entre indacaterol et formoterol pour les critères cliniques: qualité de vie, délai pour la première exacerbation, score de dyspnée. Cependant, il a été observé un recours plus fréquent au salbutamol à la demande dans le groupe formoterol. Les seuls événements indésirables rapportés chez plus de 10% des patients des 4 groupes ont été l'aggravation modérée de la BPCO et les naso- pharyngites. Chez moins de 2% des patients ont été observés des tremblements, une toux, une tachycardie dans les 4 groupes. Chez un patient du groupe indacaterol et du groupe formoterol, l'espace QT a augmenté de plus de 60 ms par rapport à la valeur de base, la kaliémie s'est abaissée (<3.0mmol/l) chez deux patients de chaque groupe indacaterol et du groupe placebo, la glycémie a dépassé 9.99mmol/l chez 8%, 9%, 6.5% et 7.5% des patients des groupes respectivement indacaterol 300µg, 600µg, formoterol et placebo.
Conclusion
L'inhalation de 300 µg ou 600µg d'indacaterol entraine une bronchodilation efficace pendant 24h. Elle améliore les symptômes et la qualité de vie ainsi que l'index BODE. Pendant l'année de suivi, l'effet bronchodilatateur d'indacaterol s'est maintenu alors que celui du formoterol a perdu une certaine efficacité à la 52ème semaine.

DOHOHUE et coll (once-daily bronchodilators for COPD indacaterol versus tiotropium) proposent de comparer dans une étude sur 26 semaines, l'efficacité bronchodilatatrice et la sécurité de l'inhalation d'indacaterol par rapport au triotropium et à un placebo : supériorité par rapport au placebo et non infériorité  par rapport au tiotropium. L'étude randomisée double aveugle a été réalisée en deux phases : la phase 1 a comparé les prises d'indacaterol 75, 150, 300 ou 600µg par jour à formoterol 12µg, 2 fois par jour et à un placebo, elle a permis de sélectionner deux doses efficaces et sûres d'indacaterol ; la phase 2 a comparé les deux doses sélectionnées d'indacaterol au tiotropium et à un placebo sur 26 semaines (indacaterol 150 ou 300µg en double aveugle, tiotropium 18µg en ouvert). L'évaluation a été réalisée sur le VEMS, la dyspnée, la qualité de vie (St George), les exacerbations.
Résultats
2059 patients ont été randomisés, 1683 ont participé à l'étude phase 2 et 1291 (77%) ont terminé l'étude. Par rapport au placebo, le VEMS était supérieur de 180ml pour les deux dosages d'indacaterol et de 140 ml pour le tiotropium (p<0.001). La différence de 40ml entre indacaterol et tiotropium était significative pour la supériorité d'indacaterol (p≤0.01) et sa non infériorité (p<0.001). Ces résultats se sont maintenus pendant toute l'étude. Dès la 5ème minutes après l'inhalation, l'augmentation du VEMS  était significative par rapport au placebo (p<0.001) indacaterol 120ml, tiotropium 60ml et par rapport à triotropium (p<0.001). On a retrouvé de même, des différences significatives (p<0.05) en faveur d'indacaterol pour les critères cliniques. Les effets indésirables sont rares, 5.7% des patients indacaterol, 5.6% pour tiotropium et 3.8% pour placebo : tremblements, tachycardie, toux, augmentation de l'espace QT, hypokaliémie, hypertension.
Conclusion
L'indacaterol est un bronchodilatateur d'action rapide, prolongée (plus de 24h) après une prise unique. Son efficacité bronchodilatatrice se maintient à long terme. Il est au moins aussi efficace que le triotropium. Il améliore les symptômes, la qualité de vie. Comme pour le tiotropium, bien que non significative, il existe une tendance à la réduction de la fréquence des exacerbations et la survenue de la première exacerbation est retardée.
Commentaire
Il reste à établir si l'association de ces deux bronchodilatateurs longue action apporte un avantage.


JM POLU - Pneumologue