Informations Récentes

Anticholinergiques et accidents cardiovasculaires chez les patients BPCO

Anticholinergiques et accidents cardiovasculaires chez les patients BPCO

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

I. OGALE  - Chest 2010 ; 137 : 13-19
II. CELLI – Chest 2010 ; 137 : 20-30

En 2008, TASHKIN DP et coll dans leur étude prospective concluaient que le Tiotropium inhalé n'augmentait pas la fréquence des accidents cardiovasculaires. Par contre, SINGH S et coll  dans une méta analyse concluaient que le tiotropium augmentait les risques de décès cardiovasculaires.

 

I.  OGALE SS et coll (Cardiovascular events associated with ipratropium bromide in COPD) suivant une cohorte de 82171 vétérans US BPCO rassemblée entre 1999 et 2002 et suivie jusqu'en 2004 jusqu'à leur première hospitalisation pour accident cardiovasculaire : âge 66.8±11.2 ans, ¾ avaient à l'inclusion au moins un facteur de risque cardio-vasculaire.
Résultats
Pendant le suivi de 274025 patients année, il y a eu 6234 accidents cardiovasculaires (2.2 pour 100 patients années). Plus de 44% des patients ont utilisés l'Ipratropium. Parmi les patients exposés aux anticholinergiques 36% recevaient CSI, 18% béta2adrénergique longue durée, 6% théophylline et 93% béta2adrénergique courte durée. L'exposition aux anticholinergiques augmentait de 23% le risque d'accident cardiovasculaire après une exposition pendant les 6 mois précédant l'accident. L'utilisation plus de 6 mois avant l'accident, des anticholinergiques ne s'accompagnait pas d'une augmentation de ce risque. Pendant l'étude 3.4% des patients BPCO ont présenté une exacerbation nécessitant une hospitalisation et 17% une exacerbation traitée à domicile.
Conclusion
L'exposition récente à l'inhalation d'Ipratropium augmente le risque d'accident cardiovasculaire chez les patients BPCO

II.CELLI B et coll (Cardiovascular safety of Tiotropium in patients with COPD) proposent une étude randomisée, double aveugle en groupes parallèles contre placebo chez 19545 patient BPCO : 10846 tiotropium, 8699 placebo. Ces patients sont issus de 30 essais réalisés par les laboratoires Boehringer Ingelheim pendant plus de 4 semaines.
Résultats
Les patients avaient 65±9 ans avec un VEMS 41±14% prédit. L'exposition cumulée était de 13146 patients-années pour le Tiotropium (T) et 11095 pour le placebo (P). L'arrêt prématuré du traitement était de 22% dans le groupe T et 31% dans le groupe P. Les effets indésirables présents chez 65% des patients étaient inférieurs de 11% dans le groupe T par rapport au groupe P. Le risque d'accident cardiaque (RR) était 0.91 pour le groupe T par rapport au groupe P et de 0.91 pour les accidents vasculaires. Pour les accidents graves T/P, le rapport était de 0.83 pour les accidents cardiaques, 0.83 pour l'insuffisance cardiaque, 0.77 pour les infarctus du myocarde et 0.77 pour les accidents vasculaires cérébraux. Enfin, les décès étaient réduits de 12% dans le groupe T.
Conclusion
L'utilisation du Tiotropium diminue le risque de mortalité toutes causes, le risque d'accidents cardiovasculaires et la mortalité cardiovasculaire.

En conclusion
Si l'Ipratropium a un effet défavorable sur les accidents cardiovasculaires survenant chez les BPCO, le Tiotropium apparait sans risque et devrait être le médicament anticholinergique de choix.

JM POLU - Pneumologue